abordages

Les gens qui râlent

ous sommes dans une boulangerie parisienne, un samedi matin. La boulangère est seule, débordée, les clients attendent. Devant nous une jeune femme brune, élégante mais branchée, s’impatiente. Elle s’exprime : elle tape du pied et se met à souffler ostensiblement. Puis elle me cherche du regard, elle veut partager. Mais c’est une amatrice. Derrière nous, une grand-mère accompagnée de ses quatre petits-enfants avise un petit chien au bout d’une laisse que tient un client. D’abord, elle marmonne quelque chose par-devers elle. Assez inaudible. Mais elle répète, plus fort : les chiens sont interdits dans les boulangeries. Ses petits-enfants ne disent rien. Ils regardent autour d’eux, les pains au chocolat ou (...)

 
 

Bon sens

e Journal du dimanche du 19 juin 2016 demande au Premier ministre : « Vous envisagez d’interdire les défilés. Les manifestations de jeudi seront-elles autorisées ? » Manuel Valls répond : « Compte tenu de la situation, des violences qui ont eu lieu, de l’attentat odieux contre le couple de policiers, mais aussi de la tenue de l’Euro, les organisateurs devraient annuler eux-mêmes ces rassemblements. C’est du bon sens ! » À la fin de l’interview, il conclut que le gouvernement est prêt à « ses responsabilités », c’est-à-dire à interdire les manifestations. Pour une fois, passons sur ce nouveau spasme d’autoritarisme du caporal Valls. Lorsque quelqu’un fait appel au « bon sens », c’est qu’il manque d’arguments. (...)

 
 

Caprice de la reine

Jean Echenoz Éditions de Minuit, 2014, 122 p. Ils sont à la fois doux et froids. Mes doigts sont un peu gourds, mais je réussis à en saisir quatre ou cinq que je glisse dans la poche droite de mon survêtement. Puis j’en ramasse à nouveau, qui vont dans la poche gauche. C’était en septembre, à Paris, hémisphère nord. Les arbres sont nus, le sol est dur et frais. Quelques mois auparavant, un collègue m’avait offert « Caprice de la reine », de Jean Echenoz. Nous partageons depuis longtemps le goût de ses mots – mais comment fait-il ? Dispose-t-il d’une sorte de tamis qui lui permet de ne garder que les pépites qui font ses récits ? Je cours dans un parc près de chez moi, je fais le tour, sixième, (...)

 
 

Une fin pour un début

Fin d’une époque La loi travail du président Hollande met fin, en France, à un cycle entamé en 1936 avec les grandes conquêtes ouvrières et leur représentation institutionnelle, le Front populaire. Je parle d’un cycle politique. Peut-être le capitalisme lui-même est-il aussi confronté à une agonie intrinsèque et structurelle, comme celle évoquée par le courant de la critique de la valeur. Mais l’une de ses caractéristiques essentielles étant sa capacité à se régénérer, à se réinventer en coupant ses propres membres défaillants, les prophéties du grand effondrement final sont toujours à considérer avec prudence. Mais regardons du point de vue politique : un gouvernement « de gauche », directement héritier du (...)

 
 

Mouvement des debout

uit debout… ce nom réveille en moi le souvenir des dernières conversations politiques avec mon père : visionnaire, il me demandait : “pourquoi vous ne créez pas un “mouvement ou un syndicat des hommes debout” ? Le texte suivant a été publié en février 2012 dans le “Combat syndicaliste”. *** “Mon père est mort à Paris le 5 janvier 2012, à 80 ans. Né au Chili en 1931, établi dès l’adolescence à Buenos Aires, il était ébéniste de métier. Après avoir déserté du service militaire chilien en traversant la cordillère des Andes, dans les années 50, il s’était embarqué en tant que maître-charpentier sur des cargos. Il voulait parcourir le monde, et il accomplissait aussi une stratégie syndicale et politique, l’implantation (...)

 
 

Avant mai

Trois hommes marchent dans l’obscurité.‭ ‬L’un d’entre eux porte un objet sous son manteau.‭ ‬Il le tient avec ses deux bras,‭ ‬comme un nourrisson qui serait devenu trop lourd trop vite.‭ ‬Les deux autres ne cessent de regarder à droite,‭ ‬à gauche,‭ ‬inquiets de voir surgir quelqu’un.‭ ‬Mais au milieu de la nuit,‭ ‬le port est désert. Ils arrivent au dock.‭ ‬Face à eux,‭ ‬l’eau noire et lente irrigue La Boca et le port de Buenos Aires.‭ ‬L’homme avec l’objet entre les bras s’accroupit et attend‭ ; ‬ses deux camarades descendent une échelle métallique dont les barreaux sont scellés à la paroi verticale.‭ ‬Parvenus au niveau de l’eau,‭ ‬ils détachent une barque puis font signe au troisième.‭ ‬Les lumières de la ville (...)

 
 

Réflexions sur le rude 13 novembre 2015

e vendredi 13 novembre 2015, de lâches assassins ont attaqué au fusil d’assaut la ville qui m’a vu naître, dans laquelle j’habite, le comptoir sur lequel je me suis accoudé des dizaines de fois, mes voisins, mon Paris. Attaquer n’est qu’un mot et Paris n’est qu’un nom. La réalité est que des hommes armés ont tiré sur des centaines de personnes désarmées, par surprise, puis se sont fait exploser ; des balles et des boulons brûlants ont déchiré des chairs, brisé des os, arrêté des cœurs et refroidi des cerveaux. Cent trente personnes en sont mortes. J’essaie de garder mon sang-froid, je relègue l’insulte aux notes de bas de page [1]. De l’émotion Les morts sont morts. À leurs proches, à leurs familles, à leurs (...)

 
 

Ce que la vie signifie pour moi

Jack London Les éditions du sonneur 2015 agnifique texte de Jack London, fait de sa verve, de son style direct et coupant comme la réalité. Il y raconte comment, né dans la classe ouvrière de la côte ouest américaine il commence par rêver, puis essaie de rejoindre le haut du panier. Là où les femmes sont richement habillées, où l’on mange à sa faim des choses bonnes et où l’intellect est sensé briller. Après avoir jeté comme on lance un dé quelques éléments de sa biographie - dont sa découverte du socialisme et de la révolution -, il parvient à côtoyer des gens de la haute. Il n’y rencontre que matérialisme, hypocrisie et découvre que, « dès qu’il s’agissait d’affaires leur moralité était nulle ». Il y (...)

 
 

0 | 8 | 16 | 24 | 32 | 40 | 48 | 56 | 64 | ... | 96

Creative Commons - BY - NC - ND

Tous les textes, images et sons de abordages sont publiés selon les termes de la licence Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification - 3.0 | Initial caps created by briarpress.org, under CC licence.