a   b   o   r   d   a   g    e   s   .   n   e   t

En la planchada de ese barco

Combattant de l’utopie, tu avais le meilleur de la vie, Tu donnais la vie. Il viendra, notre espoir de liberté, justice et fraternité, Sur les mers et dans les villes Ahí estás, papa, entre le temps des cerises et les communards, Au pied d’un grand marronnier d’Inde. J’ai été un fils, fier de t’avoir connu. J’essaie d’être un homme de sang, debout. Tes rires, tes engagements sans merci, ta sagesse, Tout de toi m’accompagne chaque jour, Chaque instant, Dans les villes et sur les mers. Somos eternos, papa, Así es y así será. Les combattants de l’utopie, Les amoureux de la vie ne t’ont pas perdu. Le grand arbre (...)

 
 

Cicatrices

J’aimerais que tu regardes ma cicatrice, Celle de notre seule faiblesse, celle d’Achille. Puis, femme, j’aimerais que tu la caresses. J’aimerais que tes doigts la parcourent, Qu’ils s’arrêtent point à point, Glissants comme les aiguilles d’un temps implacable. Ces lèvres à jamais jointes, closes sur l’intérieur, Irreversible soudure de ma seule frontière, J’aimerais que tes lèvres viennent y boire. Y boire le suc à l’indicible goût de mon corps invincible, Fragile et séculier, atteint par le temps qui passe ; J’aimerais que tu viennes y boire au fleuve des mondes. J’aimerais que ta langue s’y livre au décompte des années, Sentir tes liquides me saisir d’une main exhaustive, Recevoir, sur chaque entaille, (...)

 
 

De l’existence des classes sociales

Regardons ce que l’on voit. Il y a des riches et il y a des pauvres, beaucoup plus nombreux. Il y a des très riches et il y a des très pauvres, de plus en plus nombreux. Regardons ce que l’on voit moins facilement. Ceux qui ont le pouvoir, économique et politique, sont les riches et leurs amis. Et cela dure, parce que les riches se reproduisent, culturellement, par leurs études, leur éducation, leur volonté de rester entre eux, et économiquement par l’héritage. Regardons maintenant ce que la société ne voit presque plus. L’immense majorité des riches tirent leur fortune de l’exploitation du travail d’autres hommes et femmes, qui sont presque toujours des pauvres. C’est-à-dire ces gens qui ont des (...)

 
 

Vilnius

Dans les forêts de Lituanie, La vue s’y perdrait, si elle marchait. Quels sont ces arbres, Qui embrassent Vilnius ? Sans se lasser. Quels sont ces bras qui n’osent les toucher ? Les miens, c’est sûr. C’est qu’il y en a trop, De ces arbres dont le nom se dérobe. Si j’en touche un, Que je l’embrasse à mon tour, Les milliers d’autres m’en voudraient, C’est sûr. Ils sont comme ça, Les arbres de Lituanie.

 
 

Arêtes conjugales

Le dîner tourne au cauchemar C’est rond un dîner, parfois L’air crasseux succède à l’orage pur Et ils tournent Ça avait bien commencé, comme souvent Ça commence souvent bien, les dîners Entre un homme et une femme Et parfois, ça tourne Les poissons laissent des arrêtes qu’ils n’ont plus Les assiettes disparaissent Les gorges serrent Les mots rapetissent Le couple au cauchemar est arrivé Dans le rond Se lever, partir Se taire Sortir du cercle Ça passera Ou pas Question d’arêtes

 
 

Rabat

Terres rouges du Maroc Blanche écume de l’océan Fraises en hiver Fleurs inconnues, grands oiseaux Et à chaque carrefour, des uniformes

 
 

Rééducation sentimentale

Au goulag de l’amour qu’elle t’a condamné, La femme qui t’aimait moins que sa musique. Relégué aux plaines d’où ne déborde que son silence, Froides, si froides que même les arbres en pleurent, Tes illusions noyées coulent dans les poubelles de l’histoire. Qu’il nous en a fallu, avec les frères, Qu’il nous en faut et qu’il nous en faudra, Des rires et des verres, Des ruades et des poings, Pour qu’à marche forcée Tu retrouves, loin de l’archipel des saules gelés, L’idée d’un amour, D’une île où aborder, D’une femme accordée.

 
 

Mots à Hlynur

Elle a plié ses genoux et s’est laissée glisser Doucement Ses fesses gainées de lin ont baisé ses mollets Droite, posée sur la pointe de ses souliers pointus De si bas que les mots remontaient comme des bulles Doucement Elle parlait à son chat

 
 

0 | ... | 40 | 48 | 56 | 64 | 72 | 80 | 88 | 96 | 104 | 112

Tous les textes, images et sons de https://www.abordages.net sont publiés selon les termes de la licence Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification - 3.0 | Initial caps created by briarpress.org, under CC licence.