abordages

Présidentielle 2017

Le bal présidentiel va bientôt s’achever. Le spectacle, cette fois, fut mémorable. Que d’action ! Et pourtant, ce n’était pas gagné, parce que souvenez-vous : ce bal est celui des impotents. Tournez, politiques, raidissez-vous d’autorité républicaine, faites ce que vous voulez, vous n’êtes plus les maîtres. Ceux de l’économie vous ont bouffés. Mais dans cette caverne où s’agitent les ombres-candidats qui veulent toucher aux dorures de l’Élysée, un spectre se démarque : Mélenchon. Il m’importe moins que ceux qui y croient, ces Français avec qui j’aime vivre. Je ne suis pas de ces râleurs qui ne cessent de couiner que lorsque tout est à leur goût, qui ne seront heureux que lorsqu’ils seront crevés. Au-delà des (...)

 
 

Élection présidentielle 2017 : lettre à mes amis hors de France

Presidential Election 2017 : letter to my friends outside France On 23 April and 7 May 2017 the French people will vote to elect a new President of the Republic. Some of you have told me their concerns to see Marine Le Pen so high in the polls. You are right. The far right will reach a high score. France is afraid. She age badly, she does not invent, she is like a little animal frightened by the rain. A proportion of the French population takes refuge in the right vote, the fear of foreigners, the feeling of insecurity. Here, several important things need to be said. First, the “normalization” of Le Pen (daughter) and the radicalization of the "classical" right, have as a consequence (...)

 
 

Acerca de « Las cosas que perdimos en el fuego »

Estos cuentos percuten. Su narración de lo íntimo, de lo que se esconde, de manera carnal, animalesca y desnuda de abalorios, me conquistó, me habita. "El chico sucio" me habita ; fui testigo a la par de la autora (de mi misma generación) de la decadencia del barrio de Constitución, conocí bien esas calles y puedo decir con la legitimidad de quien creció por ese barrio, que hay que ser justa y talentosa como ella para infiltrar las problemáticas sociales, la miseria, la corrupción de menores, la droga, la prostitución, la zona liberada donde se está expuesto a cualquier cosa, la evocación de los olores, de las cuadras con su arquitectura cadavérica, como si el texto cobrara vida en un rosario de (...)

 
 

Bad Girl

l y a quelques semaines, en partant après avoir passé quelques jours chez nous, une amie nous demande si nous avons vu son livre, « Bad girl » de Nancy Huston. Nous cherchons un peu, regardons sous le chat, sur la bibliothèque, dans le panier de linge sale, dans la corbeille à fruits. Impossible de le retrouver… il apparaitra bien, nous te le rendrons ; d’accord, c’était bien de vous voir ; oui, reviens vite, bon retour, au revoir ; à bientôt… Le lendemain, en passant l’aspirateur, je trouve le livre sous le canapé (d’une certaine façon, il était donc bien sous le chat). Je le pose sur la bibliothèque, bien en évidence, histoire de nous souvenir de le rendre à notre amie. Deux semaines plus tard, je dois (...)

 
 

Cuando no están

hí donde ellas no están, miro por la ventana : los árboles sufren conmigo, caen sobre sus sombras. Ellas no están. Las cosas que dejaron se fueron desinflando y pierden sentido. Mi piel se pierde. Pienso áspero. Y busco, entre ropas, juguetes, pequeños tenedores, zapatos espirituales, jabones para piel sensible, collares, cuna, libros. Busco, pero de la casa apagada sólo surgen recuerdos. Tiernos y limpios – sueño. Tiernos y limpios – pesados párpados. Tiernos y limpios – me duermo. De repente me enderezo y grito : ¡irreales ! ¡¿Dónde están mis amores ?! Mi corteza se pierde. No quiero recordar. No quiero caer sobre mi sombra. Quiero presenciar, quiero presenciarlas. Mi compañera, mi hijita, juntémonos (...)

 
 

Vancouver

es cargos mouillent dans la baie, à l’abri de l’ile Vancouver Entre les grands arbres de Stanley Park, de petits animaux s’agitent. La nuit tombe. Les bars s’allument. Une stripteaseuse se dénude. Elle est belle et fendue comme un vieux totem. Ça ne dure pas. Elle repart, porte de service. Habillée comme si jamais plus elle ne se sera regardée. Elle donne la main à un homme, il a l’air gentil comme un faon. Il lui porte son petit sac à dos, petit sac de travail d’une stripteaseuse. Amour sur la côte ouest. Je croise dans les rades Judge, Morissey, Lennox, Republic, BlackFrog... Sur un trottoir, deux jeunes femmes préparent des saucisses aux algues. Japadog disent-elles, japadog. Leurs petites voix, (...)

 
 

Les gens qui râlent

ous sommes dans une boulangerie parisienne, un samedi matin. La boulangère est seule, débordée, les clients attendent. Devant nous une jeune femme brune, élégante mais branchée, s’impatiente. Elle s’exprime : elle tape du pied et se met à souffler ostensiblement. Puis elle me cherche du regard, elle veut partager. Mais c’est une amatrice. Derrière nous, une grand-mère accompagnée de ses quatre petits-enfants avise un petit chien au bout d’une laisse que tient un client. D’abord, elle marmonne quelque chose par-devers elle. Assez inaudible. Mais elle répète, plus fort : les chiens sont interdits dans les boulangeries. Ses petits-enfants ne disent rien. Ils regardent autour d’eux, les pains au chocolat ou (...)

 
 

Bon sens

e Journal du dimanche du 19 juin 2016 demande au Premier ministre : « Vous envisagez d’interdire les défilés. Les manifestations de jeudi seront-elles autorisées ? » Manuel Valls répond : « Compte tenu de la situation, des violences qui ont eu lieu, de l’attentat odieux contre le couple de policiers, mais aussi de la tenue de l’Euro, les organisateurs devraient annuler eux-mêmes ces rassemblements. C’est du bon sens ! » À la fin de l’interview, il conclut que le gouvernement est prêt à « ses responsabilités », c’est-à-dire à interdire les manifestations. Pour une fois, passons sur ce nouveau spasme d’autoritarisme du caporal Valls. Lorsque quelqu’un fait appel au « bon sens », c’est qu’il manque d’arguments. (...)

 
 

0 | 8 | 16 | 24 | 32 | 40 | 48 | 56 | 64 | ... | 88

Creative Commons - BY - NC - ND

Tous les textes, images et sons de abordages sont publiés selon les termes de la licence Creative Commons - Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification - 3.0 | Initial caps created by briarpress.org, under CC licence.